Sélectionner une page

Le projet de la ferme

Maraîchage diversifié en région grenobloise

Les jardins d’Elé est une exploitation maraîchère située sur la commune de Vaulnaveys-le-Bas (entre Uriage et Vizille à 15 km de Grenoble). Sur une parcelle d’environ un hectare, que je loue à Grenoble Alpes Métropole, je cultive, en suivant les méthodes de l’Agriculture biologique, une trentaine de légumes variés et des petits fruits depuis le mois d’avril 2018. La commercialisation des produits se fait en vente directe (paniers Internet, AMAP), ou en circuit court avec des partenaires choisis (restaurant, épiceries etc).

Vision du projet

Avec cette ferme, j’ai à cœur de contribuer au développement d’une agriculture saine, ancrée dans le territoire, respectueuse de l’environnement et des hommes. J’ai pour volonté de m’inscrire dans une démarche cohérente et militante de production de produits alimentaires de base pour augmenter l’offre en légumes locaux de qualité, avec un impact négatif limité. Ma vision pour ce projet est une exploitation « à échelle humaine », c’est-à-dire sur petite surface me permettant d’apporter soin et attention à toute la parcelle mais qui soit suffisamment efficiente pour me permettre de vivre des ventes de ma production. Un des points centraux de ma motivation reste de travailler avec le vivant (ses surprises, ses fluctuations et, parfois, son côté magique et gratifiant de voir que « ça pousse »).

Quelques pratiques et spécificités de la ferme 

Planches permanentes

Les cultures sont en planches permanentes, c’est-à-dire qu’elles seront faites toujours sur les mêmes espaces, qui ont une taille standardisée au sein de la parcelle. De cette manière, les passe-pieds sont aussi pérennes. Cela présente de nombreux avantages : pas de compactage du sol, concentration des amendements là où ils sont utiles, facilité de programmation et de gestion des cultures, uniformisation du matériel…

Peu d'outillage mécanisé

J’utilise peu d’outillage mécanisé. Cela s’explique par ma volonté de questionner les pratiques à mettre en place (est ce qu’un gros travail du sol est nécessaire / productif / durable ?, à quel moment est ce qu’un tracteur est vraiment utile ?). Limiter l’outillage mécanisé permet aussi de limiter les investissements et de penser le système de production différemment.

Peu d'expérience et de l'humilité

Mon peu d’expérience dans le montage et la conduite d’une exploitation maraîchère me pousse à faire preuve d’humilité. Les choix faits aujourd’hui, les techniques, et l’organisation mise en place seront amenés à évoluer en fonction de mes observations, de mon retour d’expérience, des influences et des conseils que je pourrai glaner. Je suis en phase (très stimulante) d’apprentissage !

Deux fermes en synergie

A St Martin d’Hères, sur un terrain de la Ville de Grenoble, Mickaël est en train de construire un beau projet de ferme maraîchère. Avec nos deux structures, aux implantations et contextes un peu différents, nous avons l’intention de travailler en partenariat étroit : échanges de pratiques, aides régulières, cultures de certaines productions en commun etc. Tout est à faire mais c’est déjà super.

Un financement et du soutien

Le financement du projet s’est fait grâce à un emprunt participatif : 29 personnes m’ont soutenue en me prêtant l’argent nécessaire au lancement. J’aime l’idée de cette économie collaborative.